Tablette avec trading

ETF ou CFD, quelles différences ?

Ce sont les produits dérivés qui ont rendu les activités du trading plus accessibles, surtout aux particuliers. Parmi les plus populaires, on retrouve principalement les ETF et les CFD. Pour mieux les cerner avant de vous lancer dans les activités boursières, nous allons vous donner quelques informations à propos de ces deux actifs dérivés.

Les points communs entre l’ETF et le CFD

L’ETF ou le CFD sont des produits dérivés que tout le monde peut échanger sur les sites de trading comme celui de Saxo banque. Ils permettent de reproduire les variations du cours d’un actif sous-jacent comme un indice, une action ou une devise. Ce sont surtout les ETF et les CFD indiciels qui sont les plus négociés. En effet, ce sont les actifs les moins volatils.

A découvrir également : Comment connaître tous les comptes d'un défunt ?

La spécificité des ETF

Les ETF, ou Exchange Traded Funds, sont des organismes de placement cotés en bourse. Ces organismes sont détenteurs des actifs sous-jacents qu’ils sectionnent et remettent ensuite sur le marché sous le nom d’ETF. Par exemple, un organisme comme Lyxor en France dispose d’actions du CAC 40 ou des 40 meilleures entreprises françaises. Lyxor remet alors sur le marché des actifs Lyxor CAC 40 ETF, qui répliquent l’indice boursier français CAC 40, que ce soit à la hausse ou à la baisse. De cette manière, les actifs sont plus accessibles aux clients qui devaient dépenser une fortune pour une action réelle du CAC 40.

L’avantage des ETF est la simplicité. La réplication par rapport à l’actif sous-jacent est d’une grande précision. Généralement, les market maker d’ETF ne cherchent pas à influencer le cours de l’actif sous-jacent.

A découvrir également : Comment calculer les 20% ?

La spécificité des CFD

Les CFD ou Contracts For Difference sont différents des ETF, surtout parce que l’investisseur ne détient pas réellement les actifs sous-jacents. Il ne fait que parier sur l’évolution des cours de l’actif, à la hausse ou à la baisse. Ce contrat se fait grâce au système de la vente à découvert. Une telle vente suit la logique suivante : l’investisseur emprunte, il vend, puis rachète avant de rendre l’actif à son propriétaire initial. Si, entre-temps, la valeur de l’actif a baissé, il s’en sort gagnant. En revanche, si cette valeur a augmenté, il s’en sort perdant.

L’autre particularité des CFD, c’est l’effet de levier important. L’investisseur n’est pas obligé de détenir le montant correspondant à la valeur de l’actif. Il n’est obligé de n’en détenir qu’une partie, correspondant par exemple à la marge qu’il pourrait perdre à la revente. C’est surtout cet aspect qui a fait la popularité des CFD.